Bonjour tout le monde,

Voilà le post qui inaugure ce blog ! Pour l’occasion, j’avais envie de revenir sur la genèse de ce projet, et raconter comment tout à commencé il y a un an !

Bon, je l’avoue, tout ça n’a pas commencé il y a un an exactement, je me suis inscrite en thèse il y a (trop) longtemps…

Un pur hasard

En réalité cela a commencé sans que je ne m’en rende compte le 25 avril 2015, lors d’un rendez-vous de travail. Mon co-encadrant de thèse m’avait dit à peu près ceci : « Il y a ce jeu là, on le voit de temps en temps dans nos résultats d’enquête… Amour Sucré, c’est un jeu ou tu dois draguer des garçons. Tu devrais peut-être regarder ce que c’est ».

Moi : Ah mais c’est japonais ce type de jeu ? C’est pas pour les garçons au départ ? (Ça devait faire 7/8 ans que je n’avais plus vu un anime ou lu un manga… )
Lui : Ah. Peut-être…

Bon oui. D’accord ! Pas de problème ! Je me disais que ça pourrait être sympa de retomber un peu dans cet univers, et généralement après ce type de rendez-vous je suis re-boostée-a-fond-motivée.

Le soir même j’étais sur le site du jeu, cliquant sur le bouton « démo » ou « introduction »… Je ne sais plus ce qu’il y avait à l’époque sur l’interface… Et là PAF !

Chinomiko

La p’tite Chino

Chinomimi en grand écran avec un énorme sourire qui me souhaite la bienvenue : « MAIS C’EST QUOI CA ?! »

hide-computer-big-bang-theory

J’ai honte, mais j’ai réagit à peu près comme ça

Clairement, je n’étais pas prête. Je suis passée à autre chose… J’ai lu des livres scientifiques sur les adolescent(e)s et les jeux vidéo (je n’ai pas lu tant que ça au final, parce que cette littérature n’est pas si florissante, hélas). Il aura fallu trois mois environ pour que je retourne sur le site, que je créé un compte et que je commence à jouer.

C’était en juillet dernier, à ce moment-là je ne comprenais pas tellement ce que je faisais pour la thèse, mais en tous cas, je me suis vraiment amusée à découvrir ce jeu !

Etecastiel

En août, je m’isolais loin du monde (dans le Finistère) et commençais mon travail exploratoire sur les otome game. J’ai fouillé tout le net à la recherche d’articles scientifiques et j’en ai trouvé très peu, ce qui était une bonne nouvelle pour moi. J’ai parcouru un tas de blogs (dont mes préférés se retrouvent en blogroll), et j’ai testé tout un tas de jeux… Après ça, j’ai également contacté des blogueuses pour des entretiens afin d’en savoir plus sur les otome games / bishojo games / dating simulation / ren’ai shimurayshon / etc (voir la rubrique « Quelques définitions« ). Je commençais à devenir une experte !

Une rencontre qui tombait à pic

En Septembre, j’ai organisé avec ma directrice une journée d’étude pour la pré-rentrée à l’Université de Lille III. J’y ai entre autres invité un membre de l’équipe communication et marketing de Beemoov, le studio qui développe Amour Sucré. Premier contact avec ce studio ! Et excellent contact qui allait me permettre d’avoir accès aux autres équipes de productions du jeu sur lequel j’allais travailler.

C’est là, je pense, que j’ai commencé à voir ce qu’allait pouvoir être mon travail de thèse. Il y a trop peu de recherches sur ces objets « peu reluisants » que sont les jeux vidéo pour les filles. On accorde généralement peu de crédit à ces loisirs, et encore moins lorsqu’il s’agit d’histoires d’amour. En regardant les forums, en commençant moi-même à devenir joueuse d’otome game, j’ai vu qu’il y avait dans ces loisirs plus que la superficialité qu’on peut leur accorder au premier regard, et aussi de nombreuses questions à poser à ces objets.

Et parce que ma première réaction fut la même que beaucoup, je me suis dit qu’il fallait faire un petit quelque chose en espérant aider à bouger les choses, notamment sur la question de la dévalorisation du féminin.

Et une année a passé… (un an oui !)

11th_doctor_passing_time

A partir de là tout est allé très vite, mais pour résumer :

En octobre, je me suis rendue à deux reprises à Nantes, au studio, pour mener des entretiens avec les équipes de Beemoov, le studio qui produit Amour Sucré.

En novembre, je commençais à prendre contact avec les joueuses d’Amour Sucré et organiser les rencontres.

En décembre, j’ai fêté Noël. En fait j’ai corrigé les dossiers des étudiants ce mois-là.

En janvier, j’ai commencé à rencontrer les joueuses.

En février, j’ai évité à cause de la neige et du verglas…

En mars, j’ai amélioré mon japonais.

En avril, je suis partie en voyage d’études au Japon.

En mai, j’ai galéré.

En juin, j’ai voyagé et rencontré encore plus de joueuses !

En juillet, j’ai terminé, j’ai compilé mes données… Enfin, j’aurai bien voulu.

En août, je me suis décidée à créer ce blog pour tout raconter, et continuer à réfléchir.

Et à présent, en septembre, je vois arriver une nouvelle année. Car celle qui vient de s’écouler fut très riche: elle m’a permis de voyager un peu partout en France, en Europe, et même jusqu’au Japon. J’ai rencontré tout un tas de gens de tous ages, tous horizons, tous plus intéressants les uns que les autres, des joueuses, des joueurs, des travailleurs, des artistes, des étudiants, des chercheurs, des retraités… Tous ont d’une manière ou d’une autre contribué à faire avancer mon travail et m’ont fait découvrir de nouvelles perspectives.

A présent !

Ce blog inaugure l’année à venir, qui je l’espère sera toute aussi intéressante. Toutefois, je vais sans doute moins voyager, et être davantage derrière mon bureau… Alors j’espère sans doute que ce blog sera le moyen d’ouvrir une fenêtre sur le monde que j’ai découvert en 2015/2016. Et pour cela, je compte sur vous, lectrices et lecteurs !

A la prochaine !