Dimanche dernier, le 13 novembre 2016, j’ai participé à une table ronde à la Y-Con sur les Visual Novels. J’en ai profité pour passer la journée à cette convention, organisée par l’association Event Yaoi et présentée comme « le salon des homo-fictions ».

Une journée bien remplie et très intéressante qui mérite d’être retracée !

Y-CON et Event Yaoi

ycon5-affiche2016-french-724x1024

Anciennement Yaoi Yuri Con, on se doute que le Y de Y-CON entend regrouper le Y de Yuri et celui de Yaoi. L’événement est organisé par l’association Event Yaoi depuis 2011, à chaque automne. Jusqu’à cette année celui-ci se déroulait a Lyon, mais le succès grandissant, c’est en banlieue parisienne qu’a cette fois eu lieu la convention !

Bien sûr, l’association ce n’est pas que la Y-CON, c’est aussi YBY Editions, les rencontres YapYLe but de leurs activités étant de promouvoir l’homo-fiction, et, je cite : « le manga comme média de réflexion autour de l’homosexualité ».

On a donc affaire à des fans qui veulent proposer aux fans ce qu’elles et ils aiment, mais pas seulement. La Y-CON revendique aussi un espace de discussion et de réflexion autour des productions de l’industrie culturelle otaku liée au genres Yaoi/Yuri et plus globalement autour des représentations LGBTQ+ dans les productions culturelles.

Hélas ! D’autres engagements ont fait que j’ai raté la journée du samedi, qui semble avoir été très intéressante également avec notamment une conférence intitulée « Viol et consentement dans les fictions yaoi ». Ici le programme complet de la convention : https://y-con-france.com/ycon5/programme/

Pour info : le salon est interdit aux moins de 12 ans, et les mineur.e.s doivent avoir une autorisation parentale ou être accompagné.e.s d’un.e adulte pour venir. Ici la sexualité est sans retenue abordée, représentée, discutée, et performée.

Découverte du Salon

N’étant pas vraiment du matin, et étant rentrée tard la veille au soir, je suis tout de même arrivée sur place vers 10h20… Mais il y avait déjà du monde dedans et dehors ! Toutefois ça reste « respirable ».

arrivee_au_salon

Arrivée au salon, j’étais pas encore bien réveillée, c’est flou…

Pour rappel, la dernière convention que j’ai faite était la Japan Expo, alors forcément sur le coup ça semble tout petit ! Mais c’est plutôt pas mal, une convention à taille humaine ! Première mission, récupérer l’artbook souvenir, car j’avais participé au financement du projet sur Ulule (même qu’on nous dit merci dedans ! ♥).

artbook_apercu

Petit, tout petit aperçu des illustrations et des artistes qui ont participé au projet

Après un tour rapide, je me pose devant la scène. L’occasion pour moi de découvrir la série Free! dont j’avais pas mal entendu parler sans avoir pris le temps de la regarder.

Réaction à chaud

Réaction à chaud

Table Ronde : Les Visual Novels

Mais bon ! A la base j’étais là pour bosser. Et intervenir en tant que modératrice-intervenante sur la table ronde intitulée: Les Visual Novels. Les intervenantes invitées étaient des créatrices de visual novels justement, Rann et l’équipe de Synapsed Games.

Avec elles, on a discuté création de jeux, des choix qui s’imposent et/ou se décident lorsque l’on décide de créer un visual novel, et de plein d’autres choses… Si je devais résumer cette intervention d’une heure, j’en retiens que :

  • Le format visual novel s’impose comme standard dans les jeux de romance, et ce de plus en plus… Pour plusieurs raisons :
    • Dans le cas du Boys’love et Girls’love en occident (je précise) c’est surtout sa facilité d’utilisation via Ren’py qui va l’imposer dans les créations d’amat.rice.eur.s qui forment l’essentiel de l’offre.
    • Dans le cas plus général des jeux de romance c’est l’évolution de l’industrie qui en aura décidé… Et ce point reste à éclaircir (je prépare un truc à ce sujet…).
  • Qu’il s’agisse de Boys’Love, Girls’Love, Otoge, Bishojo game, ou autre type de romances, le format visual novel se présente son objet jeu vidéo comme un dispositif qui tend à être normatif. Dans la construction des personnages et de leurs représentations, mais aussi des relations. Ceci est nuancé dans le point suivant:
  • La « force » actuelle de l’offre en France est qu’elle n’est pas dominée par des structures économiques basées sur le profit. Puisque l’offre est issue très majoritairement de la création amateur, les aut.rice.eur.s se sentent libres d’aller au delà des normes de représentation habituelles des productions de l’industrie culturelle occidentale.
  • Cette « force » issue de la pauvreté de l’offre s’explique par le fait que le Jeu de romance s’inscrit dans un marché de niche qui n’intéresse pas tellement l’industrie du jeu vidéo… Notamment car ces genres ne sont pas considérés comme légitimes : « romance à destination d’un public féminin », ajoutez le fait qu’il s’agisse de relations homosexuelles et vous avez toute une industrie dont les monopoles sont détenus par des hommes hétérosexuels qui s’en détourne.
  • Et il y aurait encore plein de choses à dire. Gros merci à l’orga pour m’avoir fait participer à ça !

Tour du Salon : où donner de la tête ?

ycon5_plan_2016-fr

Le plan et la liste des stands du salon

Comme je le disais plus tôt, le salon est à taille humaine. Si on peut rapidement en fait le tour à pattes, dès que l’on commence à s’arrêter sur les stands et demander des informations on peut y passer les deux jours! A ce propos les personnes derrière les stands, souvent des artistes, fans, amat.rice.eur.s, tout à la fois, sont très enthousiastes et n’hésitent pas à discuter. Cela n’est pas surprenant, tout le monde se connaît, puisque c’est un tout petit monde, et un réseau solide.

On retrouve beaucoup d’aut.rice.eur.s en auto-édition, des associations d’édition… Même si on sent l’influence forte des genres importés du Japon, il n’y a pas que des mangas, BDs ou comics. On trouve également beaucoup de romans d’influence occidentale, ou d’influence fan-fiction. On trouve encore peu de créat.rice.eur.s de jeux vidéo, mais je ne désespère pas, ça viendra.

De nombreuses photos du salon prises par les photographes bénévoles qui arpentent les allées sont visibles sur la page facebook d’Event-Yaoi. Voilà une petite sélection des photos trouvées sur le site pour donner un aperçu:

Suite du Salon : Shûdo

La conférence suivante était assurée par Julien Peltier, intitulée « Shudô, les relations homosexuelles au temps des samouraïs« .

shudoconf

J’adore l’affiche avec la ref au film Tabou (御法度,1999) de Nagisa Oshima, que je conseille vivement !

Je me vois ici beaucoup moins apte a proposer un avis sur cette conférence durant laquelle je me suis contentée d’absorber les informations et de chercher frénétiquement des références sur mon portable.

Julien Peltier nous a parlé de la construction des masculinités au Japon depuis l’époque Meiji jusqu’aux temps modernes, de la construction des pratiques sexuelles, de la relation amoureuse, de la romance, et du rôle du patriarcat dans ces constructions. La question de la place de la femme est évidemment évoquée, bien qu’il explique que l’on manque de sources pour documenter les sexualités féminines de l’époque. En effet, le sujet n’intéressait pas les personnes suffisamment influentes à l’époque pour écrire à ce propos.

Voilà le site de Julien Peltier pour qui le souhaite, et la vidéo de la conférence est disponible sur la page facebook!

Cosplay libre : la claque

La suite, c’était le cosplay libre… Cela faisait un bail que je n’avais pas assisté à un cosplay, mais là je n’avais encore jamais vu ça ! C’était excellent ! Et monstrueusement intéressant pour la recherche… J’ai une amie avec qui on souhaitait faire un article pour une revue scientifique sur le cosplay, et là je suis reboostée !

Pour donner le ton de ce cosplay libre: il a commencé fort avec le premier groupe, « SM »; et une performance qui a de suite « réchauffé l’atmosphère », pour parler poliment. Le principe du cosplay libre, c’est que les participant.e.s n’ont aucune règle à suivre ! Autant dire que ça se lâche sur scène, il y a des performances sexuellement explicites, de nombreux kiss et la salle est happée dans l’ambiance (perso, j’ai craqué dès que j’ai entendu les premières notes de Sweet Transvestite, qui accompagnaient LE strip-tease de l’heure)

cosplay

Photo de tout le monde à la fin des performances

Malheureusement comme je ne m’attendais pas du tout à ça je n’avais pas pris mon bel appareil. Mes photos sont un peu « à l’arrache », et souvent floues !

On peut trouver les photos du cosplay de la veille sur la page Facebook ! J’espère vite voir des clichés de ce cosplay libre… J’ai adoré voir les personnages de Mystic Messenger et le Strip-butler, mais mon coup de cœur va au Cosplay le plus cute jamais vu de Castiel (Supernatural) et son kiss avec Dean (hélas, photo floue, mon appareil a censuré le geste de Dean).

tweetdestiel

Chibi Castiel, héhé

Après ça, la présidente de Event-Yaoi nous laisse un peu de temps pour souffler et remercier tous les membres et bénévoles avant d’enchaîner avec la suite.

Documentaire : « Fanfiction, ce que l’auteur a oublié d’écrire »

Je voulais voir ce documentaire depuis quelques temps déjà. Lorsque j’ai vu qu’il allait passer à la Y-CON je me suis dit : « c’est parfait, là tu n’auras pas d’autre choix que de rester collée à ta chaise, regarder et réfléchir ».

Il s’agit donc d’un documentaire sur les fanfictions, réalisé par Emmanuelle Debats et produit par La Gaptière. Récemment mis en ligne, il est disponible sur Youtube.

A travers différentes interviews de chercheur.e.s, professeur.e.s, expert.e.s, étudiant.e.s, auteur.e.s, et fans, le documentaire retrace l’évolution des formes de la fanfiction et dépeint cette pratique comme une pratique féminine, mais aussi une pratique des minorités, sexuelles ou ethniques, répandue et régie au sein de communautés. L’accent est aussi mis sur le rôle de l’arrivée d’Internet qui a aidé à diffuser cette pratique, la rendre massive et en proposer de nouvelles formes. Ici l’auteure pose également la question du statut de la fanfiction, du droit d’auteur et du partage culturel, celle-ci étant officiellement illégale en France et dans d’autres pays. Bref, regardez, ça vaut le coup !

Le genre Yaoi étant au départ issu des fanfictions, la projection de ce documentaire clôturait parfaitement cette journée.

Emmanuelle Debats a également réalisé un web-documentaire intitulé Citizenfan, explorable ici : http://citizen-fan.nouvelles-ecritures.francetv.fr/

citzenfan

Une grosse journée

Autant dire que j’en avais plein la tête en rentrant dans le train après cette Y-CON! Je suis repartie avec beaucoup de questions, des questions stimulantes, et de nombreuses pistes à creuser. Cette journée fût aussi l’occasion de faire des rencontres avec les intervenant.e.s, avec des fans, des membres de l’association, d’en savoir plus sur le projet d’Event-Yaoi, et de discuter d’un tas de choses avec tout ce petit monde.

Ce salon est en pleine croissance, et je pense que sa force est d’arriver à proposer un salon avec une double vocation. Ici on trouve à la fois un espace de divertissement pour la pratique des fans, et également un espace de discussion. Et une discussion critique autour de ces productions de l’industrie culturelle, qui il faut le reconnaître, sont très normatives dans les représentations qu’elles proposent. Le projet est de pouvoir proposer une diffusion des objets culturels proposant des représentations LGBTQ+, mais aussi de réfléchir sur ces objets et ce qu’ils véhiculent.

[Edit : Car les produits de l’industrie culturelle japonaise restent normatifs, pensés par et pour un public hétérosexuel, contrairement à l’offre amateur ici largement représentée dans ce salon. Espérons que cela dure et que cela évolue dans ce sens pour que ces productions finissent par proposer une véritable représentation LGBTQ+. Voir à ce propos l’article sur Yuri!!! on Ice.]

Je regrette vraiment d’avoir raté la conférence sur le viol et le consentement… Elle a été filmée, et dès que la vidéo est disponible vous pouvez êtes sure que je la regarde et que je partagerais le lien partout.

tweet_cordelia

Eh ouais, nous sommes prêtes (oui, bon je me compte dedans maintenant…)

Et pour terminer, une petite vidéo du résumé de la journée réalisée par Le blog de GG présente bien une partie des performances vues ce jour. Il y a aussi une vidéo du samedi !

Enjoy !