Norn9: Var Commons. Review (Partie 1/4)

Il y a longtemps que je voulais faire une review sur Norn9: Var Commons, mais le jeu est tellement « vaste » et mon sens du détail tellement… Comment dire… Pointu? Bref. Passons. Un seul article semblait être une impasse. Voici donc la première partie d’une série de quatre articles sur Norn9: Var Commons. Le but de celle-ci est déjà de présenter le jeu de façon générale et vous donner envie d’y jouer, car mine de rien, malgré certains défauts c’est un jeu sympathique.

Les trois prochains articles en préparation proposeront une analyse des routes comme j’en ai l’habitude, discutant des relations de chaque héroïne avec ses prétendants. En effet, première originalité, le jeu propose trois héroïnes différentes à incarner, chacune d’entre elles ayant trois garçons lui étant associés pour prétendants. Il y a du coup 9 routes, ce qui me semblait beaucoup à présenter pour un seul article!

Précision : cette première partie est SPOILER FREE ! \o/

Norn9: Var Commons, le jeu

L’opening du jeu (attention CGs furtives!):

A l’origine, Norn9 ~Norn + Nonette~ est un jeu sorti au Japon sur PSP en 2013. Il s’agit d’un jeu Otomate publié par Idea Factory, ce qui en général annonce de la qualité dans le scénario et la direction artistique. Norn9: Var Commons est un portage qui a eu droit à une localisation en occident. Il est donc disponible en occident sur PS Vita depuis fin 2015, avec une version physique aux USA. Toutefois, nous, sur le petit vieux continent européen nous contentons d’une version digitale.

norn9 vita

La couverture de la version physique que je ne trouve pas terrible, terrible…

Le site officiel du jeu en anglais: http://aksysgames.com/norn9/

Norn9: Var Commons a également connu une adaptation en anime durant l’hiver 2016, que je n’ai pas regardée. Au vu des critiques il semblerai que l’anime ne rende pas justice au personnage de Koharu que beaucoup qualifient de « niaise ». Du coup je reste dubitative… D’autant plus que, rares sont les adaptations d’otome réussies, et où l’héroïne est correctement dépeinte.

Le pitch

Alors qu’il s’ennuie durant sa sortie scolaire, le jeune Suzuhara Sorata est pris dans un phénomène étrange et se retrouve dans une époque qui n’est pas la sienne. Il y rencontre une jeune fille un peu étrange, qui se prend d’affection pour lui et lui propose de l’aider à rentrer chez lui grâce à un vaisseau qui va venir la chercher. Bien que dubitatif, Sorata accepte de suivre la jeune femme et tous deux se retrouvent à bord du Norn.

Ce vaisseau magnifique voyage, on ne sait pas bien où ni quand… Et à son bord se trouvent déjà tout un tas de jeunes gens. Ceux-ci se trouvent dotés de pouvoirs surnaturels et on été recrutés par une organisation se nommant « The World », œuvrant apparemment pour la paix dans le monde. Alors que Sorata et la jeune femme font à peine connaissance avec leurs nouveau compagnons, le vaisseau est attaqué. Se trouvent alors quelques problèmes à régler dans une ambiance entre science-fiction, huis-clos, et tranches de  vie adolescentes. Sans oublier la romance! Bien sûr.

Au fond à droite, le Norn

D’ici là, le vaisseau finira par arriver quelque part… Ah, et il y a des poussins (hiyoko) dedans aussi. Ne me demandez pas ce qu’ils font là.

Après un premier prologue, puis le scénario splite dès le premier chapitre, avec le choix de l’héroïne. Il est du coup possible d’incarner trois jeunes filles bien différentes. Au deuxième chapitre, cette même héroïne doit choisir un « partenaire » parmi trois garçons, et ainsi déterminer sur quelle route continuer.  Comme ça c’est clair, pas d’entourloupe pour savoir sur quelle route on va.

Norn9 pair select

L’écran de choix de route. Pour débloquer l’un des trois (ici Masamune, à droite), il est nécessaire de finir au moins une autre route du groupe.

Formes et mécaniques

Norn9: Var Commons se présente sous la forme d’un visual novel tout ce qu’il y a de plus classique. Des choix de dialogues pour faire monter l’affection, si celle-ci n’est pas assez haute: patatras! Bad Ending. Le garçon vous aime? C’est tout bon! Attention, pour certains choix il faut être rapide!

Des bonus

En plus de ça, il y des extras sympas. Avec d’abord un système de points à accumuler, qui n’est pas bien compliqué. Faire les routes rapporte des points à dépenser dans le Norn Store pour obtenir des bonus (histoires, illustrations et autres petits trucs marrants).

Il y a aussi le Norn + ensemble. Chaque route permet de récolter des mots-clés, associés à un dialogue, et on peut faire mumuse à créer une suite de dialogue. Bon, j’ai trouvé ça marrant (faut dire j’ai fait n’importe quoi) mais j’ai pas insisté. En tous cas ça a le mérite d’exister et d’explorer des trucs…

norn9 bonus

Il y a également la Hiyoko Channel (qui est très drôle), qui permet de voir des petites séquences entre les personnages. Et il y a aussi la possibilité de collectionner les soundtrack dans les bonus, ça fait partie des extras sympas…

Graphisme, musique et traduction

Car la musique est magnifique! C’est l’un des gros points forts de ce jeu, l’OST est à tomber. Le thème principal est composé par Uematsu Nobuo et arrangé par Kevin Pekin qui s’est chargé du reste des musiques. Celles-ci sont d’ailleurs tout aussi agréables et accompagnent très bien l’ambiance du scénario. Melee, l’opening par Yagani Nagi est aussi très bien. J’aime un peu moins l’ending, une question de goût.

Le doublage, pareil, rien à redire. Et surtout: les héroïnes sont doublées!!! Suffisamment rare pour être mentionné, et dans ce cas, c’est très agréable.

Enfin les graphismes signés Teita, comme on peut s’y attendre sur une production Otomate sont nickels. Au niveau des décors comme des personnages, des CGs, il n’y a rien à redire. C’est propre, c’est beau, c’est fin…

norn9 waterfall

L’un des décors à l’intérieur du Norn

Toutefois! Car il y a un MAIS et un gros. La traduction en anglais est horrible. Alors il y a pas un mois, est sorti Taisho x Alice qui nous a prouvé qu’on pouvait faire pire. Mais tout de même. Dans Norn9: Var Commons, il y a des problèmes de coquilles, de grammaire, d’orthographe, de mélange des noms, de kanjis mal interprétés… C’est problématique pour un jeu à ce prix, et édité par une boite qui a quand même des moyens. Point noir ici.

Trois héroïnes, et un tas de garçons : les personnages

Teasing sur les articles à suivre! Je présente ici TRÈS grossièrement les personnages qui mine de rien, sont pour beaucoup, attachants. Après, il y en a tellement que ce n’est pas évident de s’attacher à tous… Enfin moi je n’ai pas réussi.

Sorata

Étant donné que c’est par lui que l’on découvre le jeu, je ne pouvais pas ne pas le présenter. Bien qu’il soit ensuite assez discret durant les routes, il reste un de mes personnages préférés.

Suzuhara sorataSorata est un jeune garçon de 12 ans de notre époque tout à fait normal, à quelques détails près. Il a un QI très élevé, c’est un gamin malin et très intelligent, donc bien sûr très agaçant. Il sait lancer des piques qui font mouche et je n’aimerai pas avoir affaire à lui, mais à regarder c’est très plaisant. Son pragmatisme est également très drôle, puisqu’il applique « la méthode scientifique », et donc ne croit que ce qu’il voit. Son voyage sur Norn va bouleverser tout ça.

Koharu & ses piou-pious

Koharu Masamune Kakeru Senri

Au centre en bas: Koharu, de gauche à droite: Masamune, Kakeru et Senri

Koharu est un petit oiseau tombé du nid. Mal adaptée à la vie en groupe, elle tente de compenser en reproduisant les comportements dits acceptables en société qu’elle a appris dans des livres. C’est également une grande rêveuse, naïve et maladroite qui doute souvent d’elle-même. Ne vous fiez pas aux apparences, c’est une fille puissante et très généreuse.

Je parle des ses « piou-pious » car les trois garçons qui peuvent développer une romance avec Koharu sont tous des amours. Il s’agit de Kakeru, Senri et Masamune. Bon, Kakeru est un très taquin et légèrement égoïste… Et Senri est un peu associable, mais tellement mignon. Plus agé, Masamune est du genre attentionné mais maladroit.

Mikoto & ses nuisibles

Mikoto Itsuki Natsuhiko Sakuya

Au centre en bas: Mikoto, de gauche à droite: Sakuya, Natsuhiko et Itsuki

Bon je suis super mauvaise langue car mon chouchou est caché dans le lot (et je me dis que j’ai de vrais problèmes). Mais c’est un peu ça… Mikoto est l’ainée et la tsundere du groupe d’héroïnes. Elle a un très fort caractère, et peut sembler très dure, voir même enquiquinante et vieux jeu. Mais tout cela cache une jeune fille qui ne pense qu’à protéger ses semblables.

Sakuya, Itsuki et Natsuhiko sont les jeunes hommes qui lui sont associés. Tous ont un côté sombre et vont chacun à leur façon remettre en cause les principes bien accrochés de Mikoto, ce qui va inévitablement la tourmenter. Sakuya est le gentleman énigmatique, tandis qu’Itsuki est le mec qui flirte et fait toujours des allusions douteuses. Enfin Natsuhiko est plutôt du genre discret et réfléchit.

Nanami & ses victimes

Nanami Ron Heishi Akito

Au centre en bas: Nanami, de gauche à droite: Ron, Akito et Heishi

Nanami est une jeune femme assez mystérieuse. Très observatrice (et bonne stalkeuse), elle parle très peu, peut sembler froide et directe quand elle a un truc à dire, mais elle n’en a pas moins un bon fond. C’est une jeune femme assez tourmentée qui déteste son pouvoir et refuse d’en parler.

Akito, Heishi (cinnamon roll ♥) et Ron sont les garçons qui tomberont amoureux de Nanami. Et la distance qu’elle met entre elle est les autres fait qu’elle n’est pas tendre… En même temps, ils ne le sont pas tous non plus hein! Si Heishi est le garçon le plus gentil du monde, Akito lui est plutôt impulsif et direct, et Ron… C’est un peu un je-m’en-foutiste en apparence.

Pourquoi c’est intéressant?

Teasing sur les articles à venir: ce format m’a particulièrement intéressée, car il est évident que ces romances ne sont pas écrites au hasard. Chaque groupe de garçons assignés à une héroïne nous raconte des choses sur cette dernière. Et au final, derrière chaque héroïne se cachent également différentes facettes du récit de la romance hétérosexuelle telle qu’elle est construite dans nos sociétés. De plus, elles permettent de proposer des représentations de féminités différentes mises en comparaison. Et ça valait le coup de décortiquer tout ça. De plus, Les routes étant vraiment centrées sur la romance, il y a de quoi faire. Largement.

Avis général

Pour l’information, j’ai joué l’ordre des routes à partir d’un conseil sur un site:  Kakeru ➔ Senri ➔ Akito ➔ Heishi ➔ Sakuya ➔ Itsuki ➔ Ron ➔ Masamune ➔ Natsuhiko (mais j’ai modifié cet ordre pour faire mon chouchou en dernier, vu que ce n’était pas trop problématique).

Norn9: Var Commons fut un jeu que j’ai trouvé très long (mais je rappelle que j’ai peu de temps pour jouer). Neuf routes, c’est énorme… Étant donné que j’ai fait le jeu sur plusieurs mois, il y a des choses que j’oubliais, des personnages que j’ai un peu « zappé »… Je devais sans cesse me remettre dans l’histoire, et surtout une histoire que je connaissais déjà! Car il y a des routes où l’on n’apprend pas grand chose de plus sur l’énigme centrale… Elles se concentrent sur la romance, et malgré le fait qu’il y en ait tant, on reste sur sa faim! Il y a les problèmes de traduction aussi. Et dites vous bien que n’étant pas native anglophone, j’ai sans doute été moins gênée à la lecture.

Bon toutefois, la direction artistique du jeu est menée avec tant de finesse que je pardonne. Je suis notamment amoureuse de l’OST. Le choix de trois héroïnes pas trop mal construites et le fait qu’elles soient doublées est aussi quelque chose que j’affectionne particulièrement. Ensuite les thématiques abordées et l’univers me plaisent (le devenir de l’humanité, la guerre, le post-apocalyptique, l’acceptation de soi…). Mais une fois encore, je reste sur ma faim de ce côté.

La-suite-Last-Era

La suite, Last Era

Mais apparemment, la suite (Last Era) dévoilerai tout ce qui serait resté en suspens! J’ai donc hâte d’avoir soit cette suite en anglais, soit d’avoir un bon niveau (et le temps) pour y jouer en japonais sans que ça me prenne 3h pour traduire une ligne de texte.

N’hésitez pas à me laisser votre avis, que vous ayez apprécié Norn9: Var Commons, ou pas. Avec tout ce monde, je serai curieuse de savoir qui sont vos personnages préférés et pourquoi. Et aussi vos théories pour la suite!

4 Comments

  1. Mdrrr j’adore le « Nanami & ses victimes » XD Tu as préféré qui entre Koharu, Mikoto & Nanami ? ^^

    • Huhu, ça lui va bien ! Ma préférée est Mikoto, même si Nanami a été une très bonne surprise ! Mais j’aime beaucoup Mikoto, bien qu’elle soit parfois rabat-joie et un peu coincée, sans doute parce qu’elle est celle à qui je m’identifie le plus 🙂

  2. Merci pour cette review, sans spoilers en plus ! Exactement ce qu’il me fallait avant d’acheter le jeu !

    J’adore le principe d’avoir trois héroïnes, et les petits bonus ont l’air bien sympas aussi. Ca a le mérite d’être original ! Decevant au niveau de la traduction par contre, j’en avais déjà entendu parler mais j’espère que ça ne sera pas trop gênant non plus… (mais après Taisho x Alice, je fais moins ma difficile; quand je repérerais un problème dans la trad de Norn9, je manquerais pas de repenser à ARISU et je suis sûre que ça ira mieux).

    Une route à elle seule dure combien de temps à peu près ?

    • Hiragana team ici !!! Et de rien :p (du coup les prochains articles vont spoil, mais sous balise 😉 )
      Humm pour les routes je dirais… 2 bonnes heures voir 3 pour certaines. Hier avant dodo j’ai refait Akito pour les articles à suivre… et j’ai pas fini en 2h, en prenant des captures et deux trois notes.

Laisser un commentaire

© 2017 Pensées & Otome

Theme by Anders NorenUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :